4000$ pour La tête à Papineau

LE DEVOIR  4 novembre 2015 | Caroline Montpetit

La réalisatrice Micheline Lanctôt lors de la présentation du concours

La réalisatrice Micheline Lanctôt lors de la présentation du concours

 

En 1837, les autorités britanniques offraient 4000 $ à qui capturerait le patriote Louis-Joseph Papineau. Aujourd’hui, la Société Saint-Jean-Baptiste offre trois prix d’une valeur totale de 4000 $ à ceux qui réaliseront un très court métrage sur le thème « Demain : un Québec libre ? ».

Le concours, intitulé La tête à Papineau, vise à déclencher un remue-méninges sur l’avenir, vingt ans après le dernier référendum.

Le jury de ce concours, imaginé par le comédien Ghislain Taschereau, regroupe le réalisateur Yvan Dubuc, qui parraine l’événement, les réalisateurs Micheline Lanctôt, Roger Frappier et Éric Ruel.

Le public sera également invité à voter sur les oeuvres sur le site lateteapapineau.quebec. Ces votes auront un rôle à jouer dans le choix des lauréats, mais n’en seront pas le seul déterminant.

 

Le tout est présenté comme un prélude à la plateforme ecranlibre.tv, blogue vidéo et webtélé citoyenne, qui diffusera les courts métrages sélectionnés. Le projet s’intéresse principalement aux jeunes artistes, qui sont invités à livrer leur rêve d’avenir pour le Québec.

 

En avant toute

« Nous voulons opérer un mouvement vers l’avant, car l’histoire du peuple québécoise reste encore à écrire, et ça va passer en bonne partie par nos artistes. »

La réalisatrice Micheline Lanctôt racontait pour sa part mardi avoir souffert d’une « grande morosité » après le référendum de 1995, après avoir « frôlé le pays ». « Je nous haïssais collectivement », dit-elle. Puis, les exemples de la Catalogne et de l’Écosse l’ont rassurée, puisque, de « façon générale », dit-elle, les campagnes de peur atteignent leurs objectifs.

 

Le projet La tête à Papineau sera accompagné d’une campagne de sociofinancement, qui permettra de gonfler la cagnotte que se partageront éventuellement les trois candidats. Pour l’instant, le premier prix emportera 70 % de 4000 $, le deuxième prix en recevra 20 % et le troisième prix en recevra 10 %.

Globalement, le projet se veut aussi une réflexion sur la vie sociale et politique du Québec.

Citant Pierre Curzi, ses organisateurs mentionnaient qu’il fallait sortir l’indépendance du Québec d’un « programme électoral ».

Le parrain du projet, Yvan Dubuc, disait plutôt aller à la rencontre des rêves des Québécois quant au Québec de l’avenir. Car si on n’habite pas ses rêves, dit-il, on est condamné à habiter ceux de quelqu’un d’autre.

 

SOURCE